Un problème peu connu des populations autochtones en Afrique est celui de l’alcoolisme. Le facile accès aux petites doses d’alcool de qualité très faible et le besoin de s'échapper d'une réalité très difficile dans des nombreux cas, ont aggravé cette situation.

En África Central y Occidental, buena parte de los pueblos indígenas cazadores y recolectores, que han sido desposeídos de sus tierras, son remunerados por sus trabajos para otras etnias con sustancias adictivas como el alcohol. En Camerún, el pueblo baka ha sido expulsado de su hogar en la selva como consecuencia de la actividad empresarial de madereras y otras multinacionales. Como contraprestación por el desalojo, en muchos casos, lo que reciben son algunas dosis de licor al día.

L'expulsion de la communauté pygmée baka a comme conséquence, non seulement l'abandon forcé de la terre, mais aussi les états de dépression et d'instabilité émotionnelle. La pauvreté et la dépression pour le vol de leurs terres forment une combinaison explosive qui mène aux baka à l'alcoolisme comme une soupape d'échappement.

Dans la population pygmée, la majorité des adultes consomme de fortes doses d’alcool pour faire face à la vie quotidienne. La communauté boit pour oublier les problèmes et pour ne pas affronter les circonstances difficiles de son environnement. Il semble que Cameroun n'existe pas sur le plan international, et personne ne se soucie d’améliorer les conditions de vie de la population locale. Il n’y a aucune inquiétude concernant la situation des peuples indigènes dans leur propre pays. Les relations baka-bantou sont marquées par la direction des secondes sur les premiers, considérant les bantous comme des êtres supérieurs et en marginalisant les peuples pygmées. Les bantous sont pionniers dans le paiement avec de l’alcool pour les baka, ce que les transforme en le fléau social camerounais.

Hommes et femmes, sans distinction de sexe, voient la consommation d'alcool comme la source pour résoudre les problèmes. Tous les jours, les envrons des campements des pygmées sont remplis de restes de kitokos, des petits sacs en plastique, d'un coût très bas, remplis de toutes sortes de boissons alcoolisées de qualité douteuse.

Tas de sacs de dose unique de whisky vides. Le prix de chacune de ces enveloppes c'est d'environ 0,10 €, devenant un produit d’accès facile pour tout le monde.

L'alcoolisme est en train de motiver l'apparition de maladies comme l'Hépatites B et l'Hépatites C, en plus de la perde de mémoire, des hauts niveaux d'agressivité et dépendance. L'objectif principal, d'après les bantous et les entreprises internationales qui travaillent à cette zone-là c'est de taire le peuple baka, parce qu'un peuple endormie, c'est un peuple sans voix.

Si un jour la forêt disparaît, le peuple pygmée devra chercher d’autres modes de vie et d'intégration dans la société camerounaise. C’est pour cela qu’il se travaille à partir des diverses organisations pour l’éducation des baka. L’objectif principal c'est d’obtenir que tous les garçons et les filles de l’école communautaire soient scolarisés et, ainsi, lutter contre l’analphabétisme et promouvoir l’émancipation des Pygmées.

L’abandon forcé de leur modèle de vie traditionnelle c'est le point de départ de tous les maux du peuple baka. Aujourd'hui, ils sont obligés à s’adapter aux conditions qui ne sont pas les habituelles, un modèle inconnu de vie et ils sont privés de leurs droits fondamentaux. La discrimination, l’esclavage et l’alcoolisme sont le résultat de cette oppression. Les peuples indigènes perdent la bataille contre la culture occidentale et la structure verticale de leur propre société, ce qui place les bantous dans un niveau plus élevé qu'eux. L’alcool est présenté comme une sorte de "pain et cirque" vers les pygmées, dans le seul but de les garder loin des problèmes qui les dérangeaient dans leur vie quotidienne. Face à cette dépendance, de plus en plus forte entre les Bakas, il est uniquement possible par le biais de l’éducation et l’assimilation de nouvelles habitudes de vie saines.

Le tournoi de football Baka sans Alcool

Dans nos efforts pour lutter contre le problème de l’alcoolisme entre les populations pygmées, toujours donnant la priorité à l'émancipation des chefs locaux, Zerca y Lejos a commencé en 2014 à organiser le Campeonato de Fútbol Baka Sin Alcohol à Mintom.

Ici, les jeunes de tous les villages se rejoignent pendant une semaine pour profiter d’un tournoi de foot dans précédents dans la région. Les seuls conditions pour participer dans ce tournoi sont assister aux formations débats sur l’alcoolisme et promotion de la santé et ne pas consommer une goutte d’alcool pendant cette semaine.

Il en résulte l’émergence des jeunes, que comme Roméo, sont exemple et moteurs du changement dans leurs propres villages.

Voulez-vous nous soutenir dans la lutte contre l'alcoolisme?