Avec ce projet on va optimiser le fonctionnement des dispensaires du réseau catholique du département de Dja et Lobo de Cameroun avec l’objectif d’améliorer l’état général de santé de la population des régions de Bengbis, Djoum et Mintom.

Le projet a l’intention d’améliorer la gestion de trois des dispensaires du réseau catholique du département de Dja et Lobo, de la province du sud de Cameroun, pour proportionner une assistance sanitaire de qualité à la population des régions de Bengbis, Djoum et Mintiom et ainsi contribuer à la diminution de la prévalence des maladies le plus importantes.

En Cameroun, même s’il existe la santé publique et privée, dans tous les deux cas le patient doit payer au moins une partie de son assistance, Cela suppose un grand empêchement pour la population baka à l’accès au système sanitaire, dû à son extrême situation de pauvreté et les grandes distances, parfois, qu’il y a aux centres sanitaires.

Selon les données de l’observatoire pour la santé Globale de l’OMS, le taux de mortalité néonatale en 2015 était 25,7 morts pour chaque 1000 nouveau-nés vivants. De même, le ratio de mortalité materne dans ce même an était 596 pour chaque 100.000 naissances. Avec ce projet on a l’intention de diminuer le taux de mortalité et améliorer la santé de la population locale .

Ces dispensaires s’occupent de toute la population de la zone, avec une spéciale attention sur la population baka. Pour cela, le projet centre ses efforts en que la population, près de 37,000 personnes selon le recensement de Zerca y Lejos, puisse recevoir une assistance sanitaire de qualité, étant gratuite pour des femmes enceinte et des enfants mineurs de 10 ans, par être celui-ci le collectif le plus vulnérable

dispensarios

Pour cela, le projet essaye d'offrir une assistance sanitaire de qualité et de diminuer le taux de maladies qui sont la cause majeure de morbidité-mortalité dans la région.

Les résultats atteints jusqu'au moment sont les suivants:

  1. Les infrastructures des dispensaires ont été aménagées et dotées de manière adéquate.
  2. Garantie d'accès aux médicaments essentiels.
  3. Formation adéquate du personnel sanitaire.
  4. Systématisation de la gestion économique des dispensaires.
  5. Amélioration des connaissances en matière de santé générale de la population.

La perspective pour le futur est de renforcer et éduquer la communauté pour qu'elle soit capable de protéger sa propre santé, faciliter l'accès aux services sanitaires et garantir un fonctionnement de qualité à un prix abordable. Ce modèle pourrait être reconnu par les institutions académiques de la capitale du département pour accréditer les dispensaires comme établissements scolaires pour les infirmiers en formation.

L’activité que l’on veut dérouler dans ces dispensaires est intégrée dans la coordination de la santé de la Diocèses de Sangmélima, avec qui on a un accord signé pour la gestion jusqu’à 2020, prorogeable arrivée cette date. En plus, on rapporte quotidiennement les statistiques et proposition d’intervention à l’autorité sanitaire du district correspondante.

enfermero local dispensario

En plus, on travaille pour améliorer la formation générale en matière de santé , puisque il n’existe qu’un infirmier pour chaque région que dénonce l’abandon qu’il y a dans ces zones. Il n’était pas moins importante la manque de connaissances sur les habitudes sains de la population. Cela est dû à la déficiente formation dans les écoles en ce qui concerne l’hygiène ainsi que la manque de l’accès aux assainissements

malgré les progressions atteintes les taux de mortalité continuent à être élevés , spécialement chez les enfants. Cela , spécialement chez les enfants. Cela est dû à plusieurs causes, l’une c’est la malaria, une maladie parasitaire qui touche à plus de 26.000 personnes dont 1 de chaque 4 décède. Aussi on a l’intention de diminuer les cas d’autres pathologies comme :

  • Prévalence HIV chez les femmes enceintes
  • Parasitoses intestinales en plus petits de 15 ans
  • Prévalence de l'anémie en population infantile des campements baka
  • Prévalence du paludisme dans la population infantile baka
  • malnutrition aigüe globale dans la population infantile baka
  • Malnutrition chronique dans la population infantile baka

En somme, près de 37.000 personnes, tous habitants de la zone, ils pourront profiter des bénéfices de ce projet.

Si vous voulez soutenir ce projet devenez partenaire de Zerca y Lejos pour la santé des population le plus touchées de Cameroun